La bourse pour étudier à l’étranger

La grande majorité des étudiants français ambitionne de décrocher une bourse d’études qui leur permettra de poursuivre leurs études à l’étranger. Les aides financières sont nombreuses, certes, mais elles sont destinées à certaines catégories de jeunes bacheliers. Quelles sont-elles ?

L’aide à la mobilité internationale : qui peut en bénéficier ?

Malheureusement, seuls les étudiants français éligibles à une bourse d’enseignement supérieur sur critères sociaux, et qui préparent un diplôme national reconnu par le ministère de l’Enseignement supérieur peuvent jouir d’une aide à la mobilité internationale. Les jeunes titulaires d’une aide d’urgence annuelle figurent également dans la liste. Celle-ci permettra aux étudiants sélectionnés de suivre une formation supérieure à l’étranger (stage international) dans le cadre de leurs cursus.

La durée maximale de l’aide à la mobilité internationale est de neuf mois (deux minimum). Pour en bénéficier, il est important de déposer son dossier (comportant un projet d’études ou de stage à l’étranger) auprès du service des relations internationales de l’établissement supérieur. La décision finale revient au chef d’établissement supérieur ou au président de l’université. C’est aussi lui qui fixera le nombre de mensualités accordées au futur diplômé. Si tout se passe bien, l’université versera l’aide à la mobilité internationale aux étudiants concernés. Le montant de cette aide financière était fixé à 400 € par mois pour l’année universitaire 2017-2018. Enfin, il faut retenir que le ministère de la Culture peut attribuer une aide à la mobilité nationale et internationale aux architectes les plus méritants.

Autres bourses attribuées aux étudiants souhaitant continuer leurs études à l’étranger

Les bourses privées

Tout étudiant désireux de poursuivre ses études à l’étranger peut déposer une demande de bourses étudiantes privées auprès des fondations ou organismes privés. Si le dossier est accepté, il pourra décrocher un diplôme étranger sans rencontrer des difficultés financières. Cependant, il est parfois difficile de trouver un organisme ou une fondation qui accordent une bourse d’études privées. Heureusement que la Fondation Fyssen attribue des bourses d’études aux étudiants post-doctorants en psychologie, en anthropologie, en éthologie, en neurologie, en paléontologie, en ethnologie et en archéologie.

Par ailleurs, chaque année, plusieurs étudiants français souhaitant décrocher un diplôme américain déposent leurs dossiers auprès de la Fondation Georges Lurcy afin de bénéficier de six à huit bourses d’études d’un montant oscillant entre 5 000 et 20 000 dollars. Un membre du Rotary Club peut également parrainer des étudiants (titulaires d’un bacc+2 minimum) qui souhaitent continuer leurs études à l’étranger (dans un pays membre du Rotary Club) par l’intermédiaire de la Fondation Rotary International. Ils pourront ainsi bénéficier d’un à deux ans de bourse d’études en dehors des frontières hexagonales.

Autres bourses attribuées aux étudiants souhaitant continuer leurs études à l’étranger

Bourses d’études proposées par les organismes internationaux

Il arrive que le dossier de demande de bourse d’un étudiant français aspirant à partir à l’étranger pour continuer ses études ou suivre une formation supérieure soit refusé. Si c’est le cas, il est toujours possible de décrocher une bourse d’études auprès des organismes internationaux. Bien évidemment, certaines conditions doivent être respectées pour espérer en bénéficier. Par exemple, les étudiants français titulaires d’un bac +3 désireux de continuer leurs études au Royaume-Uni peuvent obtenir l’une des bourses du British Council.

Ils pourront ainsi poursuivre une année d’études ou de recherche et décrocher un diplôme supérieur (s’ils travaillent dur). La bourse Fullbright s’adresse, quant à elle, aux étudiants français titulaires d’une licence souhaitant obtenir un diplôme supérieur aux États-Unis. Chaque année, 12 à 15 bourses sont proposées par la Commission franco-américaine. Par ailleurs, les bourses de l’Office franco-allemand pour la jeunesse continuent d’attirer l’attention des étudiants français qui rêvent de poursuivre leurs études en Allemagne.